preloader
visage d'un homme avec masque

Le plus grand changement, ce n’est pas le masque mais la pauvreté qui augmente.

Rapport annuel 2020

Le mot de la secrétaire générale et du président

VOUS ÊTES ESSENTIEL·LE·S !

La crise sanitaire qui poursuit le monde depuis plus d’un an a bouleversé nos vies et nos relations sociales. Pour certain·e·s d’entre nous, elle a enlevé des proches. Cette crise a aussi renforcé les inégalités et les exclusions. Pour ne citer qu’une seule réalité : celle des femmes en Belgique. Rien qu’à Bruxelles, beaucoup d’indica- teurs1 montrent que les femmes sont les premières victimes de la précarisation liée à la pandémie de Covid-19.

Ne masquons pas la pauvreté

Il y a lieu, d’abord, de rendre un hommage et un remerciement aux travailleurs et travailleuses de l’ombre, tout aussi essentiel·le·s (et tout aussi oublié·e·s) que ceux et celles du secteur médical : les travailleur·ses et militant·e·s de l’associatif. Ces personnes ont mené de front vie familiale et professionnelle, elles ont défié la fracture numé- rique pour maintenir le lien avec leurs publics, leur éviter de sombrer dans la solitude et l’ex- trême pauvreté.

Un des principaux défis relevés a été de maintenir notre soutien aux associations de proximité qui font face à cette crise sociale sans perdre de vue cette nécessité de changer les choses de manière plus structurelle.

Pas de sécurité sans solidarité

Action Vivre Ensemble a dénoncé une gestion de la crise uniquement tournée vers l’urgence, dans ses analyses et webinaires en ligne. Si le coronavirus a, en effet, fait tomber des personnes dans la préca- rité, nombreux et nombreuses sont celles et ceux qui étaient déjà dans une situation précaire ou de grande fragilité non pas à cause du virus mais de l’organisation politique de notre société. La crise que nous vivons est structurelle, sociale, écolo- gique et économique et plonge de nombreuses personnes dans une insécurité permanente.

« Notre sécurité est sociale » clamait Action Vivre Ensemble en 1986. Force est de constater que ce message est toujours criant d’actualité.

Cette grave crise sanitaire peut être l’opportunité de cheminer du sentiment de peur individuelle vers un changement systémique et collectif. Malgré la complexité et l’enchevêtrement des enjeux, les citoyen·ne·s sont à même de comprendre les causes structurelles de cette crise et de se mobiliser à nos côtés. C’est l’objet de notre travail d’éducation permanente… qui se veut résolument politique : nous prônons le choix d’une boussole qui nous fait garder le cap de la solidarité.

Grâce à une solidarité extraordinaire en 2020, Action Vivre Ensemble a pu renforcer de plus de 30 % son appui auprès de ces associations de lutte contre la pauvreté. Merci de tout cœur aux dona- teurs et donatrices pour leur soutien ainsi qu’aux nombreux et nombreuses volontaires et parois- siens et paroissiennes qui ont redoublé de créati- vité pour faire vivre notre campagne d’Avent… et ce, malgré les restrictions sanitaires. Les besoins sont énormes, votre générosité aussi.

Portrait d'Axelle Fischer
Axelle Fischer

Secrétaire générale

Portrait de Christian Valenduc
Christian Valenduc

Président

Programme de lutte contre la pauvreté

Le programme de lutte contre la pauvreté en Wallonie et à Bruxelles d’Action Vivre Ensemble (AVE) comporte un volet de soutien financier direct à des associations et un volet d’activités éducatives, des formations et une campagne de sensibilisation et de collecte de fonds.

SOUTIEN AUX ASSOCIATIONS

Une cafétéria sociale pour personnes en grande précarité, un accompagne- ment de familles fragilisées, une école de devoirs pour jeunes en difficulté, une crèche pour enfants défavorisés… Ces projets ont encouragé les personnes précarisées et appauvries à se mettre debout, à relever la tête, à retrouver espoir et dignité.

84

projets locaux annuels

287.586 €

3

projets locaux triennaux (3e année)

13.000 €

2

projets nationaux

7.100 €

5

chèques-consultance

2.860 €

pictogramme masque

Soutien pour des mesures d’hygiène : gel, masques plexiglas, etc.

pictogramme maison

Soutien aux projets locaux triennaux (contre le sans-abrisme) : 20.000 €

pictogramme philactère

Soutien à l’encadrement du personnel et/ou des volontaires des ASBL : digitalisation, lutte contre le stress pour les personnes plus exposées au virus, frais supplémentaires pour assurer la continuité des services, augmentation des besoins…

+ APPUI COVID

En précipitant les ménages précaires dans la pauvreté et en dété- riorant, encore, les conditions de vie des plus fragiles, la pandémie de Covid-19 a exacerbé les nombreuses inégalités à l’œuvre dans nos sociétés. Les ASBL de lutte contre la pauvreté ont fait face aux graves consé- quences économiques et sociales de la crise sanitaire avec courage, détermination et créativité. Une aide supplémentaire de 88.500 € offerte par AVE a permis d’offrir une bouffée d’oxygène à un secteur en difficulté.

Le soutien aux projets de lutte contre la pauvreté

En 2020, 82 projets de lutte contre la pauvreté en Wallonie et à Bruxelles ont reçu le soutien d’Action Vivre Ensemble. Cet appui s’inscrit dans une logique d’appel à projets. Tous mobilisés pour maintenir vive la solidarité et la faire vivre au sein des quartiers, des villages

Une année sidérante

À peine l’appel à projets 2020 était-il lancé que le coronavirus faisait son entrée dans nos vies. Personne ne mesurait alors l’impact qu’il allait avoir sur nos vies, sur les associations et les personnes en situation de pauvreté. Très rapidement s’est posé un défi pour les associations de lutte contre la pauvreté : respecter les mesures de confinement pour éviter la catastrophe sanitaire tout en maintenant le lien avec celles et ceux qui souffrent d’exclusion sociale. Le tout dans un contexte de précarité grandissante. De mois en mois, l’adaptation a pris le pas sur la sidération.

Maintenir la proximité

Le dispositif de soutien habituel est maintenu. Les sept commissions régionales de sélection s’organisent en mode digital, pour analyser les dossiers rentrés (plus de 120 au total), pour les compléter d’échanges directs avec les les personnes qui portent les projets tout en maintenant la distance

Coups de projecteur

Brabant wallon

Soli-Dons, à Nivelles

Créée en 2018, l’ASBL Soli-Dons a pour objectif de lutter contre le gaspillage alimentaire et la précarité.

Lire la suite

Bruxelles

Rizome-Bxl

L’association Rizome-Bxl développe une aide au logement afin de prévenir le sans-abrisme des personnes en fin de détention dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Lire la suite

Hainaut

Équipe sociale d’Ath

L’équipe sociale d’Ath a mis sur pied un projet immobilier, en collaboration avec À toi mon toit : l’aménagement d’un habitat groupé, intergénérationnel et à caractère social, dans un bâtiment géré par l’ASBL.

Lire la suite

Liège

Interra, à Liège

L’ASBL Interra a démarré ses activités en septembre 2019, avec très peu de subsides mais une petite équipe déterminée à mettre en place en région liégeoise des moments de rencontre entre personnes récemment arrivées en Belgique et d’autres qui y sont nées.

Lire la suite

Namur

Service Entraide Migrants, à Gembloux

L’action du Service Entraide Migrants (SEM) s’adresse principalement aux personnes et/ou familles étrangères ou d’origine étrangère en situation de précarité (demandeurs et demandeuses d’asile, réfugié·e·s, personnes en situation irrégulière…), qui s’établissent dans l’entité gembloutoise.

Lire la suite

Luxembourg

Living Together, à Vielsam

Créée en 2018, l’association Living Together propose un accompagnement aux personnes étrangères et/ ou déplacées lorsqu’elles sortent des centres d’accueil compétents (Fedasil, Croix-Rouge, etc.

Lire la suite

Chèques-consultance

Action Vivre Ensemble offre également aux associations de lutte contre la pauvreté la possibilité de se faire aider par des mini-consultances d’agences-conseil en économie sociale. Une somme de 2.860 euros a été réservée à cet effet en 2020.

deux personnes masquées

Amon Nos Hôtes, Liège

Programme triennal

Action Vivre Ensemble soutient de façon plus importante 3 associations 2018-2020 pendant 3 ans consécutifs (2018-2020): Comme Chez Nous (Charleroi), Amon Nos Hôtes (Liège) et Un Toit Un Cœur (Louvain-la-Neuve).

Les trois associations faisant partie de ce programme triennal sont actives dans le domaine du logement et du soutien à des personnes sans abri. Durant le confinement, elles ont réorganisé leurs activités pour continuer de proposer aux personnes en rue les services de première nécessité (repas, douches, WC, soins de santé de base, etc.).Les personnes sans abri n’avaient plus ou que très peu accès aux structures d’accueil habituelles car la majorité d’entre elles avaient fermé, faute de moyens pour respecter les normes d’hygiène nécessaires et éviter la propagation du virus. Comme Chez Nous, Amon Nos Hôtes et Un Toit Un Cœur ont mené, et continuent encore, de mener un travail courageux et remarquable, et ce, avec peu de moyens financiers et humains.

Accueillir les sans-abri malgré le coronavirus

Distribution de colis alimentaires

Comme Chez Nous, Charleroi

picto : robinet et goutte d'eau

Comme Chez Nous

L’ASBL Comme Chez Nous, centre d’accueil de jour pour personnes sans abri à Charleroi, est l’une des rares structures qui a réussi à maintenir, dès le premier confinement et jusqu’à aujourd’hui, son service d’accueil en présentiel des personnes sans abri. Une prouesse qui a empêché des centaines de personnes d’être exclues de tout à cause des mesures sanitaires.

Comme Chez Nous a réussi à s’adapter rapidement grâce notamment à sa délocalisation à Marchienne-au-Pont dans un bâtiment plus spacieux permettant de se conformer aux normes sanitaires, au rôle crucial des travailleurs sociaux et de certain·e·s volontaires ainsi qu’à des initiatives et des partenariats innovants et multiples."

L’ASBL a ainsi installé un point d’eau accessible aux personnes sans abri ainsi qu’une toilette mobile. L’accueil de jour dans le hall omnisports derrière la Maison pour associations (MPA) à Marchienne-au-Pont reste ouvert de 9h à 16h sans interruption, y compris le week-end.

picto : machine à laver

Un Toit Un Coeur

L’ASBL Un Toit Un Cœur est une association, à Louvain-la-Neuve, qui accueille des personnes précarisées. L’ASBL a décidé de fermer ses locaux pour préserver la santé de toutes et de tous : salarié·e·s, volontaires et le public fréquentant l’ASBL. Mais elle est restée active à distance en maintenant une permanence téléphonique : l’assistante sociale et l’équipe ont utilisé les réseaux sociaux pour communiquer et donner des informations aux personnes sans abri qui fréquentent habituellement L’ASBL et les orienter au mieux.

Pour compenser les services auxquels les personnes sans abri n’avaient plus accès, L’ASBL a développé un service de lessive en partenariat avec un lavoir. L’ASBL a distribué aussi des colis alimentaires aux personnes en rue.

L’ASBL a distribué aussi des colis alimentaires aux personnes en rue.

picto : assiette et couverts

Amon Nos Hôtes

À Liège, L’ASBL Amon Nos Hôtes est une cafétéria sociale qui propose un accueil de soirée avec snack-bar à petits prix : sandwiches, potages, boissons et activités socioculturelles.

Durant les deux confinements, la cafétéria sociale a fermé mais une permanence téléphonique a été maintenue pour orienter les personnes précarisées et maintenir le lien avec elles : « Notre équipe sociale a pris chaque jour des nouvelles par téléphone de notre public pour voir comment il se porte, comment il vit cette crise et ce confinement, mais aussi pour l’informer, le conseiller et le soutenir si des difficultés devaient être exprimées », raconte le coordinateur de L’ASBL.

Amon Nos Hôtes a également proposé aux personnes des sandwiches et des repas chauds à emporter.

un rpbinet extérieur, des mains se lavent

Comme Chez Nous, Charleroi

Les oublié·e·s de la crise Covid et leurs droits

Les mesures prises en mars, lors du premier confinement, et en octobre, lors du second confinement afin d’endiguer la pandémie ne prennent pas en compte la réalité des personnes sans abri et précarisées. Comment se confiner sans logement ? Rien qu’à Bruxelles, plus de 4.500 personnes sont dans l’incapacité de respecter le couvre-feu. Une situation d’une violence humaine inouïe.

Action Vivre Ensemble rappelle que le droit au logement ne se réalisera qu’à travers une véritable et ambitieuse politique de logement, mais aussi par des politiques sociales fortes (revalorisation des allocations sociales et des pensions, refinancement des CPAS, etc.). Pas de sécurité sans solidarité !

Les activités d'éducation permanente

Activités éducatives / formation / campagne

La mission d’Action Vivre Ensemble ne se limite pas au soutien aux associations. Elle s’ancre aussi dans des espaces de sensibilisation et de mobilisation collective, et se déploie à travers de nombreux groupes en Wallonie et à Bruxelles avec des formations, des échanges et des rencontres animés selon une méthodologie d’éducation permanente. Comme partout, le « distanciel » a fortement éprouvé les liens et la dynamique collective. Les équipes de permanent·e·s et de volontaires se sont mobilisées et adaptées au gré des mesures sanitaires gouvernementales pour faire vivre ce programme. Des animations et des formations sont également données en allemand dans la partie germanophone du pays grâce à l’équipe de Miteinander Teilen basée à Eupen.
réunion en présentiel
réunion en présentiel
L’évolution de la crise sanitaire (confinements et mesures gouvernementales en perpétuelle évolution) a contraint Action Vivre Ensemble à devoir annuler de nombreuses activités. Tout au long de l’année, nous avons dû faire face à un certain nombre de difficultés et composer avec les limites et les risques d’un travail d’éducation permanente en format « tout distanciel ». Même si nous n’avons pu déployer toutes nos activités, nous avons cherché, coûte que coûte, à offrir des espaces de rencontres et de débats.
Notre équipe de permanent·e·s et de volontaires a adapté sa méthodologie et les supports au contexte « distanciel ».
Une partie importante de nos animations s’est naturellement réorientée pour faire des liens entre notre thématique annuelle Pas de sécurité sans solidarité et le contexte sanitaire : animations Covid et prison, Midi d’Action Vivre Ensemble Enfance et inégalité, animations Covid-19 et monde d’après : pour quelle transition écologique et sociale ?
390
heures d’animation et de réflexion rencontres avec des membres et des bénéficiaires d’associations, de conférences et de soirées-débat réalisées par l’équipe d’Action Vivre Ensemble et ses volontaires
319
volontaires, membres de 37 groupes locaux participant régulièrement à des rencontres (coordination, réflexion, formation, préparation et évaluation d’activités…)
1602
personnes sensibilisées et touchées par nos activités d’éducation permanente
3
assemblées régionales d’associations de lutte contre la pauvreté rassemblant 110 personnes pour partager leurs expériences et prendre du recul par rapport à leur action
15
analyses et 1 étude, des textes permettant de comprendre, (s’)informer, décortiquer l’actualité ou les grands enjeux de société
68
jeunes au week-end annuel de formation « Green Valley » organisé par les Alter’actifs, le groupe des 18-30 ans lié à Action Vivre Ensemble
3
formations VIP pour former 44 « Volontaires Impliqués en Pauvreté »
26
activités permettant une appropriation de nos outils rassemblant 325 personnes

Analyses et étude

Nourrir la réflexion, explorer des points de vue, accompagner et décortiquer les mobilisations... sont aussi des façons de faire vivre la solidarité. Cette période marquée par les confinements, la distanciation physique... digitalise les échanges mais n’empêche heureusement pas les pensées de circuler. Que du contraire. Les analyses et étude publiées par Action Vivre Ensemble y ont, cette année encore, participé.

Des analyses

Ces textes ont un format court. Sous forme de livrets imprimés ou de quelques pages consultables en ligne, ils éclairent des sujets de société liés à la pauvreté et à l’exclusion sociale.

L’année 2020 a regorgé de questionnements graves. Le contexte très particulier que nous traversons depuis le printemps 2020, s’il nécessite certainement un recul critique, n’empêche pas les premiers constats, les premières observations et interpellations de naître et d’être partagés. Ce fut le cas avec Le défi de la solidarité en période d’isolement (avri) qui évoque les (ré)actions des associations de lutte contre la pauvreté au début de la pandémie. Ce fut le cas aussi avec Nous sommes tous (inter)dépendants (juin), avec Se tenir à distance et maintenir le lien : une équation difficile ou encore avec Le paradoxe du digital (décembre) qui analysent nos manières d’agir et leurs limites.

Si la crise sanitaire a envahi nos préoccupations à toutes et tous, elle n’a pas éteint que du contraire d’autres débats sur le terrain de la lutte contre la pauvreté. Des questions en lien avec le besoin premier de se nourrir : Aide alimentaire ou aide humanitaire ? (janvier) ou Manger sain, trop coûteux pour les étudiants ? (mars). Des questions en lien avec l’espérance de vie : Vivre vieux ou vivre mieux, faut-il choisir ? (septembre). Des observations sur les modes de mobilisation : Vers la convergence des luttes (octobre) ou Quel(s) mode(s) d’action pour changer le monde ? (décembre). Le champ a été vaste.

Une étude

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

couverture de l'étude

La campagne d’Avent

Le plus grand changement, ce n’est pas le masque mais la pauvreté qui augmente.

Notre campagne de sensibilisation et de solidarité a pu avoir lieu malgré le deuxième confinement de l’année. Action Vivre Ensemble a appelé à une solidarité plus importante que d’ordinaire pour endiguer la pandémie de la pauvreté sur le thème « Pas de sécurité sans solidarité ! »

Notre sécurité collective passe, en effet, notamment par une protection sociale consolidée, par une répartition plus équitable des richesses, par le respect des droits fondamentaux, par un environnement sain, par des perspectives d’avenir porteuses d’espoir, par des institutions démocratiques et participatives, ou encore par des liens sociaux de qualité.

À côté des traditionnels outils de campagne, épinglons cette année la bande dessinée L’étrange invitation, des vidéos mises en ligne sur nos réseaux sociaux et notre site ainsi qu'une série de portraits faits, au sein de trois asso- ciations que nous soutenons, par le photojournaliste belge Frédéric Pauwels. Ces portraits se veulent une invitation à maintenir le cap de la solidarité. Dans leurs mains, parfois, un objet qui représente leur travail au quotidien, ou qui symbolise ce qu’ils souhaitent rendre possible à travers leur engagement.

Même si nous n’avons pu déployer toutes nos activités en présentiel, de nombreuses activités de notre campagne de mobilisation et d’échanges se sont maintenues, en ligne ! Parmi celles-ci, les assemblées associatives régionales et les temps de rencontres ouverts à un large public, proposés malgré la distance physique. Parmi ceux-ci, une visioconférence avec Christine Deltour de l’aumônerie catholique des prisons et de Jean-Michel, ancien détenu, sur le thème Covid et prisons ; un midi du vivre-ensemble en ligne sur la revalorisation de la sécurité sociale avec Patrick Feltesse, conseiller socio-économique au Mouvement Ouvrier Chrétien ; un webinaire avec Hanife Caftalkaya (ASBL Couleur Café) et Christine Mahy (Réseau wallon de lutte contre la pauvreté) pour évoquer l’adaptation du travail associatif face aux mesures de confinement.

Couverture de la BD

C’est grâce au public qui nous suit que, chaque année, se déploie notre campagne de solidarité. Grâce à votre présence, votre soutien et votre engagement à veiller et à agir contre la pauvreté et les injustices.

Couverture de la BD

Photos par Frédéric Pauwels

Coups de projecteur

Couverture de la BD

Les défis de l’associatif face au coronavirus

Le 2 octobre, une session d’une journée a été dédiée aux défis auxquels doit faire face le monde associatif dans un contexte politique et sanitaire complexe et difficile. Malgré les règles sanitaires contraignantes, bonne quarantaine de personnes s’étaient déplacées à Leuven. Et malgré les diffi- cultés techniques, une dizaine de personnes a pu y participer en plus en mode visioconférence.

La matinée a abordé ces deux questions : Comment la situation actuelle bouscule-t-elle et interroge-t- elle la lutte contre la pauvreté ? et Peut-on éviter le piège de la gestion de l’urgence sans perdre de vue l’horizon ? En effet, comme le reste de la société, le tissu associatif a été chamboulé par la crise sani- taire, puis socio-économique engendrée par la pandémie de coronavirus. L’intervention de Jean Faniel, directeur du CRISP, a permis de prendre un peu de hauteur et d’analyser autrement les événe- ments des premiers mois de pandémie, tout en rappelant la place importante du monde associatif dans notre système politique. En deuxième partie de matinée, Welzijnszorg l’homologue néerlando- phone d’Action Vivre Ensemble, Belgisch Netwerk Armoedebestrijding et le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, tous trois partenaires d’Action Vivre Ensemble, sont intervenus pour partager leur vécu, leur vision de terrain, notam- ment à partir de l’intervention du CRISP. Des inter- ventions très inspirantes qui rappellent l’impor- tance des partenariats et d’une société civile unie.

L’étude La sécurité dans tous ses états et les outils de campagne (boussole, contes, bande dessinée, pistes de célébration) ont également été présentés. Ont suivi des ateliers participatifs pour découvrir de plus près les outils de campagne mais aussi comprendre que des ponts peuvent être faits entre le Nord et le Sud.

Activités d'éducation permanente

Les prisons en temps de Covid

À Bruxelles et au Brabant wallon, trois visioconférences ont été organisées autour des réalités vécues par les personnes détenues en temps de crise sanitaire.

Lire la suite

Enfants, les grands oubliés de la crise ?

Une vingtaine de personnes se sont réunies en visioconférence pour discuter du thème Enfants, les grands oubliés de la crise ?

Lire la suite

Lutte contre la pauvreté en temps de Covid-19. S’adapter : oui, mais à quel prix ?

Comment la situation actuelle bouscule-t-elle et interroge-t-elle la lutte contre la pauvreté ?

Lire la suite

Ravine l’espérance

Notre antenne de Luxembourg a collaboré avec deux maisons d’accueil de la région actives dans le secteur du sansabrisme autour d’un projet original basé sur le livre Ravine l’espérance qui aborde certains vécus de pauvreté en Haïti.

Lire la suite

Un forum sur l’écologie intégrale

Le premier forum de l’écologie intégrale à l’initiative du groupe Chrétiens en Transition et d’Action Vivre Ensemble et Entraide et Fraternité a eu lieu à Liège, en septembre.

Lire la suite

Solidarités & communication

Campagne de l’Avent digitalisée

La campagne de l’Avent a été particulièrement perturbée par la pandémie. Nous avons dû nous réinventer pour sensibiliser et collecter les dons qui soutiennent la centaine d’associations de lutte contre la pauvreté accompagnées par Action Vivre Ensemble. La communication numérique s’est intensifiée : envois de kits de communication numérique aux personnes relais, mise en ligne de capsules vidéos et calendrier de l’Avent sur notre site et réseaux sociaux, envois de newsletters et d’e-mailings. Notre présence dans les médias (spot radio, spot télévisé, lettres encartées, etc.) a été augmentée.

Une collecte de fonds exceptionnelle

En 2020, le confinement a bouleversé nos actions de récolte de fonds traditionnelles : collectes en paroisse suspendues, événements de récolte de fonds annulés, etc. Heureusement, notre associa- tion a pu compter sur la grande générosité de ses fidèles donateurs et donatrices, ainsi que de nouveaux donateurs et donatrices qui nous ont rejoints. Au total, nous avons collecté 932.372 euros de dons privés. Un montant exceptionnel pour notre association, qui nous a permis d’être concrètement aux côtés des associations partenaires qui agissent chaque jour auprès des personnes les plus fragili- sées en Belgique et de poursuivre notre mission éducative. Nous avons constaté qu’un grand nombre de donateurs et donatrices qui ne donnaient plus à Action Vivre Ensemble depuis plusieurs années nous ont rejoints à nouveau en versant un don. Nous les remercions de tout cœur pour leur soutien précieux.

Merci pour votre engagement

Appel à dons d’urgence

Afin de renforcer notre présence aux côtés d’as- sociations de lutte contre la pauvreté particu- lièrement investies sur le terrain lors de la crise sanitaire, nous avons lancé en mars un appel à dons urgent et exceptionnel. Cette campagne d’appel à dons d’urgence Covid-19 nous a permis de récolter des fonds pour soutenir trois ASBL partenaires d’Action Vivre Ensemble : Comme Chez Nous, Un Toit Un Cœur et Amon Nos Hôtes. Un immense merci aux généreux et généreuses donateurs et donatrices qui se sont mobilisé·e·s à nos côtés pour continuer de faire vivre la solida- rité et le partage, malgré la crise.

Hommage

Nous exprimons notre profonde gratitude à nos généreux donateurs, donatrices, testateurs, testatrices, volontaires et membre du personnel disparus au cours de l’année écoulée et qui, par leurs dons, leurs legs, leurs engagements, ont inscrit pour toujours leur nom à nos combats pour un monde juste et fraternel. Nous les portons dans nos prières et nos pensées. Qu’il leur soit ici rendu hommage.

Nous gardons au cœur une infinie reconnaissance pour avoir eu la chance de croiser leur chemin. Ils nous ont tant apporté. Ils continueront longtemps à nous inspirer dans notre recherche du vivre-ensemble et de l’égale dignité de toutes et tous.

In memoriam

Nous exprimons notre profonde gratitude à notre collègue Jean-Paul Chaballe, directeur d’Action Vivre Ensemble, décédé cette année.

Humaniste et homme de convictions, la lutte pour la justice sociale et les droits humains a été le fil conducteur de tous ses engagements profession- nels et personnels. Il avait débuté au sein de notre association comme animateur régional en Brabant wallon à la fin des années 80, puis à Liège et a poursuivi son parcours professionnel en tant que chargé de projets Nord, puis directeur d’Action Vivre Ensemble. Il a fondé le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté dont il a assuré la présidence pendant plusieurs années. Investi dans l’éducation permanente, il croyait en l’éducation populaire; il avait par ailleurs siégé au Conseil supérieur de l’Éducation permanente.

Plusieurs volontaires sont également décédés : Thérèse Dantoing, Thierry Tilquin, Jean-François Grégoire, Jean-Louis Undorf.

Pendant de très nombreuses années, Thérèse a été une volontaire particulièrement active dans la province du Luxembourg en tant que membre de la commission Action Vivre Ensemble Namur- Luxembourg et du bureau régional dans lesquels elle apportait un regard clairvoyant sur les projets à soutenir.

Jean-François, Thierry et Jean-Louis étaient, quant à eux, trois théologiens d’ouverture, progressistes, pour une Église proche des pauvres et des plus exclu·e·s. Ils ont tant contribué à éclairer de la force de l’Évangile notre lutte contre la pauvreté. Jean-François et Jean-Louis ont été successivement conseillers théologiques au sein de notre association. Jean-François et Thierry, membres de notre Assemblée générale.

portrait de Jean-Paul Chaballe
Jean-Paul Chaballe
protrait de Thérèse Dantoing
Thérèse Dantoing
protrait de Thierry Tilquin
Thierry Tilquin
portrait de Jean-François Grégoire
Jean-François Grégoire
portrait de Jean-Louis Undorf
Jean-Louis Undorf
Transmettre la fraternité

Influencé par l’Evangile, je me disais : ce que j’ai, d’autres doivent pouvoir l’obtenir. J’ai eu la chance de faire partie d’un groupe qui se réunissait souvent. Depuis ma pension, mon souci du social est entretenu par mon engagement comme bénévole dans un service social. C’est ainsi qu’à la suite de toutes les influences reçues et pensant à mon grand départ, j’ai décidé de léguer une partie de mes avoirs à Action Vivre Ensemble qui est ma légataire universelle.

Joseph G., Liège

Les Comptes

Produits

Dons privés 932.372 €
Paroisses et groupes 141.944 €
Subsides publics 406.694 €
Subsides privés 44.100 €
Legs et autres recettes 7.254 €
Total 1.532.364 €
illustration des chiffres ci dessus
61 %
9 %
27 %
3 %

Charges

Programme lutte contre la pauvreté 530.168 €
Programme éducation 301.647 €
Programme plaidoyer 40.731 €
Communication 97.912 €
Récolte de fonds 151.392 €
Coordination et administration 50.789 €
Total 1.172.638 €
illustration des chiffres ci dessus
45 %
26 %
4 %
8 %
13 %
4 %

Actifs

Immobilisations 362.807 €
Créances 46.378 €
Disponible 1.316.554 €
Total 1.725.739 €

Passif

Réserves 1.618.236 €
Dettes 107.503 €
Total 1.725.739 €
Sous réserve de l’approbation de l’Assemblée générale du 19 juin 2021.

Nous sommes membres de l’AERF (Association pour une éthique dans la récolte de fonds) qui garantit la transparence dans l’utilisation des dons. Nous adhérons à son code déontologique dans lequel est repris un droit à l’information. Nos comptes et bilan sont audités et certifiés par le cabinet MAILLARD, DETHIER & CO, réviseur d’entreprises indépendant. Ils sont publiés sur le site internet de la Banque Nationale et sur le site internet de Donorinfo, le label Je donne en confiance.

Vous les trouvez également sur notre site internet.

logo Donorinfo
logo Bank Nationale
logo AERF

2020 aura été une année étrange et confinée, mais aussi exceptionnelle pour Action Vivre Ensemble. Le confinement et la solitude liée à celui-ci se seront traduits par un élan de solidarité exceptionnel en toute fin d’année. L’association aura essayé de traduire au mieux cet élan dans la réalisation de son objet social.

Les recettes s’établissent à 1.532.364 €. À noter une réalisation exceptionnelle en dons privés (932.372 € en dons individuels, largement au-dessus de nos ambitions au début de 2020) expliquant, à elle seule, la réalisation d’un boni important que l’association a traduit en soutiens complémentaires aux projets de lutte contre la pauvreté. Cette réalisation s’explique par la déductibilité des dons à 60 % mais également par un report de la collecte, en période d’églises fermées, sur les dons privés.

Les dépenses sont principalement orientées vers le soutien aux associations de terrain (45 %), l’éducation aux problématiques liées à la pauvreté et l’exclusion (26 %) et le travail de plaidoyer politique (4 %). Le restant des dépenses a été affecté aux activités de communication (8 %) et de récolte de fonds (13 %) - ce qui nous permet de maintenir le lien avec les donateurs et donatrices, les sympathi- sants et sympathisantes, et de renforcer leur support - et aux frais de coordination et administration (4 %).

Merci à toutes les donatrices et tous les donateurs, paroisses, groupes et écoles qui ont soutenu nos activités, comme au Fonds Louise Liégeois qui soutient nos actions d’éducation.

Nous remercions chaleureusement la Fédération Wallonie-Bruxelles pour la confiance qu’elle donne à notre association et pour son appui financier.

Intégrité

L’importance qu’Action Vivre Ensemble attache à l’intégrité s’est concrétisée à travers, à la fois, l’engagement pris en 2018 en adoptant, en interne, un Code éthique et le document Politique de signalement et traitement des plaintes.

Le Code éthique comporte notamment l’engagement d’Action Vivre Ensemble à prendre des mesures rapides, justes et appropriées pour répondre aux atteintes aux valeurs et aux principes définis dans cet instrument juridique approuvé par le conseil d’administration du 3 mars 2020. Toute partie prenante interne ou externe a le devoir de signaler immédiatement toute suspicion, inquiétude et/ou fait de violation de ce code. Pour ce faire, elle se conforme à la Politique de signalement et traitement des plaintes mise en place (également depuis le 3 mars 2020).

Rapport du Gestionnaire de Traitement des Plaintes

Dans ce contexte, a été désigné, en juin 2020, un Gestionnaire de Traitement des Plaintes (GTP), en la personne de Me Jacques LAFFINEUR, avocat au Barreau de Bruxelles, qui est le garant du traitement des plaintes depuis leur réception jusqu’à la convocation du Comité de Traitement des Plaintes (CTP) et la proposition d’un plan (confidentiel) d’action dont le GTP coordonne la mise en œuvre et rend compte dans un rapport d’enquête final.

Au terme de l’année 2020, aucun signalement ou plainte n’a été porté à l’attention du GTP.

Nos bureaux

SIEGE : Rue du Gouvernement Provisoire 32 à 1000 Bruxelles
T. 02 227 66 80
Contact donateurs et donatrices : 02 227 67 09
Contact attestations fiscales : 02 227 67 02
Contact legs : 0490 57 97 47
Brabant wallon : Chaussée de Bruxelles 67 à 1300 Wavre
M. 0473 31 05 81
Bruxelles : Rue de la Linière 14 à 1060 Bruxelles
T. 02 533 29 58 - M. 0479 56 77 61
Hainaut : Rue Joseph Lefebvre 59 à 6030 Marchienne-au-Pont
T. 071 32 77 42 - M. 0473 31 07 46
Liège : Rue Chevaufosse 72 à 4000 Liège
T. 04 222 08 00 - M. 0478 39 19 37 - M. 0472 63 43 91
Luxembourg : Rue du Pressoir 23 à 6800 Libramont
M. 0499 90 64 99
Namur : Place du Chapitre 5 à 5000 Namur
T. 081 41 41 22 - M. 0490 64 91 14
Région germanophone : Judenstraße 29 à 4700 Eupen
T. 087 55 50 32